Entre les mois de septembre et décembre 2020, l’Institut français d’Italie a organisé un cycle national de 14 rencontres franco-italiennes dans 7 villes italiennes (Bologne, Ferrare, Gênes, Mantoue, Milan, Rome et Turin), afin d’approfondir le dialogue entre la France et l’Italie sur les défis du présent.

Ces rencontres se sont déroulées en partenariats avec des festivals italiens comme le Festivaletteratura de Mantoue, Insieme le festival de Letterature, Libre Come et Più libri più libero à Rome, le festival Bookcity à Milan, le festival des sciences de Gênes ou encore le festival GiovediScienza à Turin.

D’autres rencontres ont eu lieu sous le chapeau des « Dialogues du Farnèse », une série de rencontres franco-italiennes initiées en 2018 dans le prestigieux Palais Farnèse et portant sur les défis les plus importants de notre époque.

Le programme “Nul homme n’est une île” repart de l’expérience inédite du confinement pour interroger le paradoxe de nos sociétés hyperconnectées et pourtant fragmentées, afin de mieux comprendre les interdépendances locales et mondiales, et saisir l’occasion de cette rupture historique pour imaginer d’autres manières de vivre ensemble.

Le détail des évènements et le programme complet sont à retrouver ici.

  • Le débat « Fragmentation et interdépendances » s’est tenu le 23 octobre 2020 et a réuni le philosophe Bruno Latour et les astrophysiciens Carlo Rovelli et Aurélien Barrau.

  • Le dialogue « Le nouveau visage de la ville après l’urgence » a réuni les architectes Luca Molinari et Giovannu Longobardi, en dialogue avec les pensionnaires de la Villa Medicis Alice Grégoire et Clément Périssé.

Parmi les grandes figures italiennes participant à ce cycle de débats : l’astrophysicien Carlo Rovelli, les philosophes Donatella Di Cesare et Nuccio Ordine, l’écrivain Michele Mari, l’historien de l’architecture Luca Molinari encore le prêtre Federico Lombardi.

Côté français, les économistes Esther Duflo (Prix Nobel d’Économie 2019) en compagnie d’Abhijit Banerjee, l’économiste Gaël Giraud,  les écrivaines Valérie Perrin et Maylis de Kerangal, l’autrice de bande-dessinée Emilie Plateau, la géopolitologue Virgine Raisson, le spécialiste d’Alexandre Dumas, Claude Schopp, le sociologue et philosophe Bruno Latour, le physicien Gérard Mourou, les astrophysiciens Jean-Pierre Luminet et Aurélien Barrau, l’historien Michel Pastoureau, le psychologue Stanislas Dehaene ou encore le philosophe Olivier Remaud. Sont également intervenues des personnalités scientifiques et politiques comme Jean-François Delfraissy (médecin, président du Comité consultatif national d’éthique et du Conseil scientifique Covid-19), Mireille Delmas-Marty (juriste, présidente de l’Observatoire Pharos du pluralisme des cultures et des relgions) et des acteurs de terrain comme les photographes biologistes Béatrice Kremer-Cochet et Gilbert Cochet, l’entrepreneur Julien Dossier ou l’activiste Nelly Pons.

Responsable du projet : Florence Ferran (attachée de coopération scientifique et universitaire)