En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

retour

L’imagination au pouvoir ou le réel comme utopie

quand : 25/01/2018 - 18h30

lieu : IFJ-Kansai, 8 Yoshidaizumidonocho, Sakyo Ward, Kyoto, 8 Yoshidaizumidonocho, Sakyo Ward, , Kyoto

pays : Japon

description

A l’occasion de la Nuit des Idées, le 25 janvier 2018, l’Institut français du Japon – Kansai proposera à Kyoto un débat sur « comment repenser l’utopie aujourd’hui », dans le sillage des deux types contradictoires d’utopie esquissés à la fin des années 1960 au Japon : le mythe d’un rassemblement harmonieux à l’échelle de la société japonaise d’une part, et d’autre part les utopies alternatives imaginées en marge par différents groupes d’artistes.

Point de départ de la discussion, l’année 1970 ou l’utopie supposée de l’Exposition Universelle autour du slogan rassembleur « Progrès et Harmonie pour l’Humanité », et l’opposition qu’elle a suscitée chez les artistes et intellectuels.

Après une décennie marquée par les JO de 1964, mais aussi la résistance envers la reconduction du traité de sécurité nippo-américain, les mouvements étudiants et plus tard, l’opposition à la construction de l’aéroport de Narita, le débat autour de la tenue de l’Exposition Universelle fut un tournant majeur dans le positionnement des artistes vis-à-vis de la société, et ce, dans un contexte culturel modifié par l’essor de groupes artistiques d’avant-garde de plus en plus visibles et une jeunesse arborant de nouveaux idéaux. On peut d’ailleurs se demander s’il ne conditionne toujours pas les formes d’utopie ou de vie alternative mises en avant par les artistes aujourd’hui.

Ancrer cette problématique dans le Kansai paraît intéressant à double titre avec :

- le rappel historique de l’Expo Universelle de 1970 à Osaka, et la candidature de la ville pour l’Expo Universelle de 2025 (Osaka étant à 15 mn en train de Kyoto) ;
- le lien aux questionnements actuels occasionnés par les prochains JO de 2020, et les échéances qu’ils induisent pour Kyoto et la région (« internationalisation » croissante, déménagement de l’Agence pour les Affaires culturelles, Bunka-cho, en 2021) ;
- les mouvements alternatifs des années 60-70 ont en grande partie été portés par les étudiants des universités du Kansai.

intervenants

Kei Osawa, Spécialiste de l'histoire des mouvements artistiques d'avant-garde dans le Japon d'après-guerre

Mathieu Capel, Universitaire français (Grenoble Alpes, UFR Langues étrangères) spécialiste des courants artistiques de cette période (notamment dans le domaine du cinéma)

Elie During, Maître de conférences, membre de l’Institut de Recherches Philosophiques (IRePh EA373)

Noburu Tsubaki, Directeur du département des Beaux arts à l’Université Zokeidai, commissaire d'exposition et artiste plasticien

modérateurs

Nobuko Ishiho, Journaliste Sankei Shimbun - Osaka

Site internet

www.institutfrancais.jp

afficher en langue par defaut

afficher en Japonais

afficher en Anglais