En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

retour

L’imagination au pouvoir : la place de la créativité dans la société

quand : 25/01/2018 - 17h00

lieu : Institut Français de Hanoi, 24, TRANG TIEN, HANOI, 24, TRANG TIEN, HANOI, VIETNAM, TRANG TIEN , HOAN KIEM

pays : Vietnam

description

Lorsqu’en mai 1968, l’étudiant Daniel Cohn-Bendit décrivait à Jean-Paul Sartre les principes du mouvement des étudiants qu’il animait, ou éventuellement l’absence de principes de ce mouvement, le philosophe tentait de donner un sens à cela avec, semble-t-il, un mélange de scepticisme et d’admiration : il s’agissait en résumé de mettre « l’imagination au pouvoir ». L’imagination ? Est-ce à dire une régression dans l’irrationnel ? dans l’inorganisé ? l’absence d’une conception claire et précise du réel ? Ou l’irruption de nouvelles idées, un principe de créativité et de survie pour la société auquel il ne faut pas renoncer ? C’est une question qui revenait hier comme aujourd’hui à interroger la place de l’imagination dans l’ensemble de la société. A la même époque, en effet, Guy Debord écrivait un essai critique (récemment traduit en vietnamien) sur la « société du spectacle », qui décrivait et dénonçait un certain état des sociétés modernes en proie aux logiques de l’industrie culturelle et aux formes d’aliénation qui l’accompagne. A l’heure de la révolution numérique, le culte esthétique semble plus que jamais imprégner nos existences jusque dans ce qu’elles ont de plus intime, et vérifier à l’excès ce principe de la « société du spectacle » dont parlait Debord. Cela concerne aussi bien l’ensemble des activités, la conception même du capitalisme tardif tel que le décrit la sociologie : une forme d’esthétisation du monde qui donc fait débat. Bien entendu, cela implique de penser la place des productions artistiques et des activités culturelles dans nos sociétés, mais plus généralement le modèle même d’une conception « esthétique » de l’existence des individus et des collectifs. Car c’est bien, en définitive, un modèle de l’être humain, l’être humain que l’on souhaite cultiver, former et voir advenir, qui sous-tend ces représentations sociales, et la place de l’imagination que l’on entend inclure dans la définition de ce qu’il est et de ce qu’il fait.
Un débat destiné au grand public avec la participation des intellectuels français et vietnamiens de différents domaines (chercheur, professeur, bloggeur, artiste, journaliste…) mettra en lumière la place de l’imagination dans l’ensemble de la société, tout en tenant compte de la situation actuelle de la société vietnamienne. Les sujets purement politiques (sur de différentes formes de gouvernements) ne seront pas abordés.

intervenants

Alain Patrick Olivier, Professeur de philosophie, Université de Nantes

Arnaud Mercier, Professeur de communication politique, Université Paris 2

Đặng Hoàng Giang, bloggeur, activiste social, auteur

Dieu Huong, jeune artiste

Etienne Rolland-Piegue, Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Vietnam

afficher en langue par defaut

afficher en tiếng Việt