Ce cycle de débats organisé par l’Institut français de Madagascar en 2020-2021 se propose de penser la santé ensemble et autrement en se focalisant sur quatre thématiques illustrant quatre approches de la santé: approche par les droits, approche inclusive et participative, approche intégrée et approche “One Health”.

Compte tenu de la faiblesse de l’offre et de la qualité des services en santé, qui restent de surcroît difficilement accessibles à la majorité de la population malgache pour des raisons financières, la santé reste à Madagascar un enjeu prioritaire pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030. La période de renouveau que traverse actuellement Madagascar avec l’élaboration de nouveaux plans quinquennaux au niveau national et sectoriel pour la santé constitue une occasion unique pour une priorisation effective du secteur et obtenir un consensus de toutes les parties prenantes sur les priorités et la démarche à suivre.

Ce projet porté par l’Institut français de Madagascar en lien avec ses partenaires et soutenu par le Fonds d’Alembert se donne pour objectif d’avancer vers ce consensus en réunissant les acteurs de la santé (responsables étatiques intersectoriels et spécifiques à la santé, prestataires de services de santé publics et étatiques, éducateurs, universitaires, société civile, partenaires techniques et financiers…) pour les amener à penser la santé:

  • ensemble, avec un focus sur quatre thématiques qui illustrent quatre approches idoines (approche par les droits, approche inclusive et participative, approche intégrée et approche “One Health”) pour renforcer les systèmes de santé et que l’on doit aborder à Madagascar pour espérer améliorer la santé,
  • autrement, à travers le partage d’expériences d’autres pays apportés par des experts qui aideraient à avoir un éclairage différent, tout en veillant à ce que les pistes de réflexion puissent répondre aux réalités locales.

Les échanges devraient favoriser les convergences de points de vue pour le renforcement du système de santé, enrichir et renforcer la vision commune sur la CSU pour faciliter sa mise en oeuvre, pousser la prise de conscience et de responsabilité sur des thématiques de santé peu abordées et pourtant cruciaux et valoriser les interventions en matière de santé des acteurs français à Madagascar.

Agenda des débats

1) Santé et environnement : population en danger, actions urgentes à initier.
(approche intégrée et approche One Health)

Mardi 17 novembre 2020 de 8h30 à 17h
Télécharger le programme détaillé

Un décès sur cinq serait causé par une exposition à la pollution d’après Unicef. Si une prise de conscience des responsables et de la population commence à émerger, il s’agit de prendre rapidement des mesures pour identifier, limiter et réduire les menaces qui pèsent sur la population, en particulier, les couches les plus vulnérables. Dans ce contexte, l’Ambassade de France, le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes (CCOC) et l’UNICEF ont organisé, à l’Institut français de Madagascar, la Journée de débat citoyen. Rassemblant de nombreux acteurs qui oeuvrent à la préservation de l’environnement et l’amélioration de la santé à Madagascar, cette journée a permis de dresser un état des lieux de l’impact de l’environnement sur la santé.

2) Donner un avenir aux jeunes à travers la maîtrise de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (SSRAJ)
(approche par les droits et approche intégrée)

Prévu en mai 2021

A travers l’expérience d’un pays qui aura réussi sa transition démographique, il s’agira de comprendre les enjeux du dividende démographique, tandis que la présentation du regard de la communauté malagasy sur la fertilité et le mariage devrait nous amener à réfléchir sur la manière de faire évoluer les moeurs et changer la donne; si les démarches actuelles visent majoritairement les jeunes, cible-t-on effectivement les personnes qui peuvent influer sur une plus grande utilisation et efficacité de la SSRAJ et apporter un changement à long terme?

Une série de témoignages appuiera la réflexion pour une meilleure orientation des stratégies de SSRAJ.

3) La valorisation des droits des usagers, moteur de l’amélioration de la qualité des soins
(approche inclusive et participative)

Prévu en juin 2021

Les usagers ne sont aujourd’hui pas suffisamment considérés dans le système de santé. Si le film de Transparency International Madagascar et l’enquête IPS menée par la Banque Mondiale qui seront présentés lors du premier débat appuient ce constat, il s’agira pour les panélistes issus de différents horizons de présenter des pistes de réflexion pour que le patient soit, comme il le mérite, au coeur du système de santé. Un autre débat sera ensuite organisé autour du statut des médecins, dont les bas salaires sont souvent invoqués pour justifier la pratique de la corruption. Augmenter les salaires est-elle la solution? Le partage des expériences des autres pays y ayant eu recours permettra de donner un autre éclairage à la question et d’aller plus loin dans la réflexion. Un atelier sur la démocratie sanitaire sera ensuite mené à partir du témoignage de l’ARS Mayotte, avec des groupes de réflexion sur la faisabilité de mise en place de la démocratie sanitaire à Madagascar. Un diaporama de photos illustrera la manière dont les citoyens malgaches envisagent la santé “idéale”.

4) La Couverture Santé Universelle (CSU) comme vecteur de solidarité et de sécurité pour la population
(approche par les droits)

Prévu en sept-oct 2021

Initiée en 2015, la CSU tarde à se mettre en place. A travers le partage d’expériences d’un pays qui aura réussi son cheminement vers la CSU, il s’agira d’avancer dans la mise en place de la CSU en définissant:

  • les risques et les mesures d’atténuation adéquats pour que le processus de mise en oeuvre de la CSU soit transparent et inclusif, ce qui facilitera son acceptation par la population,
  • les mesures à prendre pour qu’un mécanisme de contrôle, suivi et évaluation de la CSU soit mis en place dans un esprit de redevabilité, pour que le système soit efficace et que la population ait confiance et soit encouragée à avoir recours à la CSU et à ses services,
  • les démarches à entreprendre pour que la population et toutes les parties prenantes acceptent les principes et les mécanismes de solidarité qui doivent être effectifs dans la CSU.

Une pièce de théatre en malgache et en français présentera les obstacles pour l’adhésion à la CSU.

 —

Responsable du projet : Dr Charlotte Dezé, Conseillère Régionale en Santé Mondiale (Madagascar, Comores, Seychelles, Maurice).